La globalisation de la Recherche - Développement : éléments de contexte

La globalisation bouleverse les stratégies des géants économiques qui doivent désormais concevoir leur développement à l’échelle planétaire: conquête de marchés, lancement de produits, de services ou de marques, accès aux financements et aux compétences sont désormais pensés à une échelle internationale, voire mondiale.

La fonction de recherche et de développement (R&D), qui est un des moteurs de l’innovation et, à ce titre, un facteur crucial du dynamisme industriel, n’a pas échappé à cette lame de fond. La croissance des investissements internationaux de R&D et la diversité de leurs destinations témoignent de l’importance de cette composante technologique de la globalisation. Le rapport 2005 de l’United Nations Conference on Trade and Development (UNCTAD) estimait que les dépenses de R&D des filiales étrangères représentaient 10% de l’ensemble des dépenses de R&D des entreprises en 1993 et que ce pourcentage était passé à 16% en 2002.

Cette internationalisation de la R&D, qui concerne encore principalement les pays industrialisés, s’est intensifiée à la faveur des mouvements incessants de fusions et d’acquisitions. Les échanges transatlantiques de technologie en sont une première illustration. Nombre de groupes américains ont implanté des centres de R&D industrielle en Europe. Et, en sens inverse, les multinationales européennes sont en mesure de tirer parti de l’excellence de la recherche produite sur le territoire nord américain après avoir acquis des jeunes sociétés de haute technologie, par exemple, dans le domaine pharmaceutique.

Cette internationalisation de l’accès à la technologie concerne désormais également de nouveaux pays industrialisés. Les multinationales occidentales ont, tout d’abord, multiplié leurs implantations de centres de recherches en Asie, en Chine bien sûr, mais aussi en Inde où la ville de Bangalore a, par exemple, acquis une forte visibilité sur le radar stratégique des responsables de R&D. Par ailleurs, les grands acteurs industriels asiatiques ont également ancré leurs activités de recherche en Europe et aux USA, notamment par le biais d’acquisitions massives.

Le site Corporate Invention Board : un outil inédit

Le site Corporate Invention Board est un outil inédit qui permet de caractériser la nature et l’ampleur de ce mouvement de globalisation technologique. Il donne la possibilité d’analyser la transformation de la composition technologique des portefeuilles de brevets des principaux groupes industriels mondiaux au fil du temps en permettant, de surcroît, d’identifier l’origine géographique des inventions protégées.

Le site Corporate Invention Board constitue par construction un pendant du « Industrial R&D Investment Scoreboard » (produit par l’Institute for Prospective Technological Studies) dont il est complémentaire. L’Industrial R&D Investment Scoreboard, une étude annuelle de la Commission Européenne, analyse les performances des 2000 entreprises industrielles (1000 basées au sein de l’Union européenne, 1000 à l’extérieur) qui ont réalisé les plus importants investissements annuels en terme de R&D - dont la somme a représenté plus de 430 milliards d’euros en 2008. Le projet Corporate Invention Board étudie, en regard, les outputs de ces investissements de R&D en termes de brevets en fournissant des informations inédites sur les technologies et les lieux dans lesquels sont réalisés ces investissements.

Ce site mobilise une base de données originale qui combine des informations extraites de la base de données de brevets Patstat et de la base d'informations financières Orbis (détails disponibles sur les pages Méthodologie et Données sources).

La page Visualisation propose différents critères de recherche correspondant aux intérêts d’utilisateurs variés, dans l’univers industriel, politique ou académique. La base de données du « Corporate Invention Board » peut ainsi être interrogée par noms d’entreprises, par secteurs d’activité, par technologies, par localisation géographique et par périodes. Les responsables de R&D industrielle pourront y trouver une synthèse inédite sur les performances de leurs groupes et sur celles de leurs concurrents. Les responsables de politique publique pourront accéder à des ressources originales pour analyser le profil d’excellence et l’attractivité des territoires dont ils ont la charge.

Un développement spécifique a permis de proposer une visualisation des résultats produits sur mesure sous la forme de cartes dites « TreeMaps » qui offrent une lecture aisée de ces contenus riches en information.

La page Corporate Rankings propose 3 séries de classements mondiaux de l’invention industrielle en fonction de critères technologiques, géographiques et par secteurs d’activité.

Ce site a été développé dans le cadre du consortium de recherches IFRIS (Institut francilien recherche, innovation, société) par des enseignants chercheurs d’ESIEE Management, avec la participation d’auditeurs des Mastères spécialisés « Intelligence scientifique, technique et économique » et « Ingénierie des médias numériques » et avec le soutien d’HEC et de l'IPTS.